40 ans de Grand-Val, quelle aventure !

Nous vous proposons le travail d'un des fères de la loge présenté à l'occasion des 40 ans de Grand-Val.

 

 

L'aventure de toute une vie, de quelques années, ou de quelques bons moments échangés peut-être.

Oui, mais quelle aventure tout de même.

Peu importe au final le temps que l'on y passe, le regard que l'on jette sur le monde en sera toujours différent.

Des portes se sont ouvertes sur notre perception de l'extérieur, des fenêtres se sont entrebâillées sur notre univers intérieur, et rien ne nous paraîtra plus jamais comme avant.

 

Car il y a un avant et un après.

Il y a ce que nous appelons dans notre jargon le monde « profane »d'une part, et le « Temple des Initiés » d'autre part.

Profane car étymologiquement pro fanum c'est-à-dire « aux abords du Temple » ; et initiés pour désigner ceux qui ont initié un processus, commencé un cheminement.

Il n'y a rien de péjoratif ni de condescendant d'un côté, et ni de magique ou de mystique de l'autre.

Il y a juste des termes que l'on utilise pour distinguer les espaces.

 

Car vous vous trouvez ici réunis au sein d'un Temple maçonnique ; et à l'image du pavé mosaïque que vous apercevez au sol, nous aimons à signifier les deux côtés des choses :

  • le dedans et le dehors
  • le profane et le sacré
  • le monde matériel et celui de l'esprit
  • la chose et son signifié
  • le symbole, et son sens parfois insoupçonné.

Mais pourquoi se cacher à l'intérieur d'un tel lieu, pourrez-vous nous demander ?

Tout simplement parce qu'il nous permet de nous extraire de notre quotidien avec ses contraintes diverses et variées.

Parce qu'à l'intérieur, nous trouvons une liberté de parole, une faculté d'écoute, dans un respect mutuel fondé sur une pratique de la tolérance, ce qui devient de plus en plus rare au dehors.

 

Mais attention, nous ne nous y réfugions pas : nous ne nous « excluons » du monde que l'espace d'un instant, pour mieux y retourner dès la fin de nos réunions.

L'une de nos devises est de « travailler au perfectionnement spirituel, moral et matériel de l'humanité ».

Nous nous assemblons donc pour réfléchir ensemble, à l'abri des trépidations quotidiennes, mais immédiatement après, chacun retrouve ce fameux monde profane, où, modestement, à notre niveau, à l'endroit où nous nous trouvons, nous essayons d'apporter notre pierre à l'édifice afin que le monde soit plus sage, plus fort et plus beau.

 

Cela peut sembler être une utopie ; eh bien nous la revendiquons !

A quoi sert un poème s'il n'est pas déclamé à l'être aimé ?

 

Nous essayons de nous positionner en tant que bâtisseurs d'avenir, pour un monde meilleur, en commençant par nous-mêmes.

Car là se situe la clef de voûte de notre démarche :

  • nous ne militons pas en tant que Francs-Maçons
  • nous n'agissons pas au nom de la Franc-Maçonnerie
  • nous ne prétendons pas changer le monde d'un coup de baguette magique.

 

Mais il n'est pas rare :

de reconnaître des Francs-Maçons qui vont choisir de militer au sein de partis politiques ou d'associations

il est fréquent d'en croiser dans les rangs de certaines ONG

il est notoire de les retrouver à la pointe de mouvements voulant s'inscrire dans une démarche de progrès.

 

Vous en avez d'ailleurs certainement fréquenté sans le savoir.

Et d'ailleurs, aujourd'hui, ici et maintenant, je vais vous livrer un secret : ils sont faciles à reconnaître ces « frères 3 points » comme les surnomme une certaine presse :

dans une discussion entre plusieurs personnes, avec des points de vue parfois opposés, le frangin en question sera celui qui écoutera l'autre sans l'interrompre

sera celui qui respectera l'opinion d'autrui même s'il ne la partage pas

sera celui qui ne traitera pas son antagoniste d'abruti tout simplement parce qu'il ne partage pas les mêmes idées.

Comme diraient certains de nos jeunes « oh vas-y, c'est trop ouf ce truc ! ».

Oui, effectivement, c'est trop ouf, mais ça fonctionne.

Voici un secret que l'on découvre en entrant en Franc-Maçonnerie, et dont on a la chance d'expérimenter la pratique régulièrement.

 

Que voici de beaux principes, pourrez-vous me dire, mais qu'en est-il d'un point de vue personnel ?

Eh bien je vais répondre à la question que vous ne m'avez pas posée : je suis entré dans ce que nous appelons la Loge GRAND-VAL le 26 Janvier 1996.

 

Après quoi courais-je lorsque je suis entré ?

J'étais sans doute attiré par l'aura du mystère qui entoure tout ce qui, vu de l'extérieur, a trait avec la Franc-Maçonnerie.

Je n'ai pas été déçu : il y en a bien des mystères, tous ceux que j'avais apportés, et que je cherche encore à démêler.

Mais surtout, j'y ai rencontré une méthode de recherche, et des gens que je n'aurais jamais connus autrement, et qui ont tous enrichi ma culture, mes connaissances et mes réflexions.

L'éventail est large :

  • depuis le plus pur athée jusqu'au catholique pratiquant
  • du militant communiste à l'élu UMP
  • du chef d'entreprise au syndicaliste
  • mais toujours du frère au frère.

 

Car voici ce qui nous réunit : la fraternité !

Certains se gargarisent de ce mot, nous essayons humblement de le faire vivre.

Nous ne sommes pas toujours d'accord sur tous les sujets (et c'est tant mieux, car c'est ainsi que l'on progresse), mais ce qui nous réunit est toujours plus fort que ce qui peut nous séparer.

Ça aussi, c'est quelque chose que l'on découvre : nous apprenons à canaliser nos passions profanes, afin de les orienter vers un dynamisme nouveau qui nous permettra, grâce à l'écoute et au respect érigés en principes, à nous dépasser, à aller au-delà des apparences trompeuses, pour nous concentrer sur le trésor que sait représenter l'âme humaine.

 

Pour ceux qui l'ignoreraient, nous animons un blog.

L'un d'entre nous y fait part de son expérience en déclarant « GRAND-VAL est une loge qui travaille sérieusement, sans se prendre au sérieux ».

J'en ai parlé un jour à un Frère qui nous visite régulièrement ; et il me confirma que, grâce à son expérience, il avait pu se rendre compte à quel point cette phrase était juste, nous concernant.

 

Nous faisons en sorte d'essayer de travailler selon le Rituel que nous avons librement choisi, sans avoir la vanité de croire que nous détenons la panacée, tout en s'efforçant d'en faire ressortir l'esprit en même temps que la lettre.

Nous travaillons consciencieusement, selon les voies qui nous sont tracées, mais sans couper des cheveux en quatre pour une virgule non respectée.

Nous préférons faire vivre un rituel plutôt que de le réciter mot à mot sans réfléchir au sens qu'il peut recouvrir.

C'est une voie de l'exigence, oui, mais c'est une possibilité d'accomplissement personnel.

 

Alors bien sûr, pendant ces 15 années qui se sont écoulées depuis mon entrée à GRAND-VAL, il en a été du cheminement maçonnique comme de toute expérience humaine.

C'est-à-dire qu'il y a des moments de grande exaltation, comme des périodes de doute, en même temps que des espoirs souvent renouvelés.

J'ai vu des frères venir, et puis partir car n'ayant pas trouvé ce qu'ils croyaient chercher.

J'ai vu des frères venir chez nous un peu par curiosité, et qui sont ensuite devenus des piliers solides de notre loge.

J'ai vu des frères partir, et puis revenir quelques années plus tard, car ayant réglé les problèmes personnels qu'ils avaient à traiter, et reprendre leur place, tout naturellement, sur le chantier.

Car nous sommes des frères, nous ne sommes des adeptes d'aucune secte, et le mot Liberté se place en premier lieu de notre devise.

 

Lorsque je suis arrivé, j'ai été accueilli par de robustes racines, dont certaines sont encore parmi nous.

J'ai « grandi » en quelque sorte, essayant d'apporter mon soutien de plus en plus actif à notre bel édifice.

Je fais en sorte dorénavant d'opérer au rayonnement et au développement de notre association (car c'en est une dont les statuts sont déposés en Préfecture), puisque toute histoire n'est belle et n'a de raison d'être que si elle se prolonge dans le temps.

Et les nouveaux rameaux qui poussent régulièrement à partir de notre tronc commun sont notre plus grande fierté, car ils nous prouvent que notre méthode est vivace, utile et pérenne.

 

 

TL

Commentaires : 0